Alfred THÉSONNIER (Paris, 1898 - Istanbul, 1973)

Enfant de l’Assistance publique, il est remarqué par ses instituteurs qui l’encouragent à développer son don pour le dessin. Il fait ses classes aux Beaux-Arts de Dijon puis complète sa formation à Paris, à l’École nationale des Beaux-Arts et dans l’atelier d’un portraitiste célèbre, Charles-Frédéric Lauth.
De retour à Paris après son service militaire accompli à Salonique, Alfred Thésonnier prépare un envoi pour le Salon des artistes français. Cette première participation du jeune artiste, âgé de seulement 23 ans, lui vaut une mention honorable et un prix spécial. C’est le début d’une carrière jalonnée de toutes les récompenses officielles, médaille de bronze en 1927, d’argent en 1935, d’or en 1948.
En 1922, un député du Puy-de-Dôme l’incite à venir en Auvergne où il s’installe et fonde famille. Il devient professeur de peinture à l’école des Beaux-Arts de Clermont-Ferrand. Il prend l’habitude de passer ses vacances d’été à Murol où il côtoie les nombreux peintres qui s'y regroupent. Ses paysages estivaux tranchent avec les habituelles neiges, il réalise également beaucoup de portraits, ainsi que des natures mortes. Il s’éteint en 1973 à Istanbul au cours d’un voyage.