André BARDET (Clermont, 1909 - ?, 2006)

Issu d’une famille éprise de peinture, il reçoit dans sa jeunesse les conseils de son oncle Christian Bardet, et par le gendre de celui-ci, Robert Luton. Il lui sera donné l'occasion à dix-sept ans de rencontrer Victor Charreton qui partagera avec lui de précieux conseils techniques.
Il n’a jamais cessé de peindre et exposa régulièrement tant en France qu'aux États-Unis et au Japon.

Il fut l’un des derniers témoins directs de la curieuse époque des peintres de l’École de Murol.

Christian BARDET (Clermont, 1881 - Clermont, 1954)

Peintre amateur, il passe tous ses loisirs à peindre, de façon autodidacte, autour de Coudes (village où il réside l'été). Il rencontre Charreton qui va beaucoup l'influencer. Il a exposé au Salon des Artistes Français et a fondé la Société des Amis de Victor Charreton.


François BARON (Saint-Gervais-d'Auvergne, 1879 - Clermont-Ferrand, 1963)

Principalement inspiré par les paysages de sa Combraille natale, et ceux d'Issoire où il exerçait comme professeur de dessin au lycée, il fut aussi de passage à Murol et en fit un très beau pastel du Château, qu'il présenta au Salon du Centre en 1936.
Les eaux furent son sujet de prédilection.

Joseph BARRIERE (Clermont-Ferrand, 1874 - Volvic, 1957) 

Joseph Barrière reçoit des enseignements scientifiques et littéraires fort solides et deviendra le directeur technique de la Sucrerie Bourdon, établissement industriel très important de la région clermontoise.

Bien qu’artiste au plus profond de lui, et encouragé à développer ses compétences créatives dès tout petit au sein du cercle familial, il a toujours privilégié une carrière et une vie de famille d’une grande stabilité. Ainsi, au vu de son talent, on peut imaginer qu’il aurait pu connaître un succès immense s’il s’était absolument adonné à la peinture.

Une fois n’est pas coutume, Charreton est décisif dans la façon de travailler les couleurs, les textures : leur rencontre bouleverse la peinture de Barrière et celle-ci n’en sera que plus riche.

Charlotte BAY (Belp, Suisse, 1899 - Paris, 1970)

Elle quitte la Suisse pour Paris où elle souhaite apprendre la peinture. Dans les années 1920, elle travaille à La Grande Chaumière. Elle pratique aussi bien le portrait que la nature morte et le paysage.
Chaque été, elle voyage en famille et c'est en 1938 qu'elle découvre l'Auvergne et fait la connaissance des peintres de Murol.


Charles BOUTHÉON (Lyon, 1887 - Bron, 1949)

Bouthéon commence par étudier la peinture aux Beaux-Arts de Lyon, sa ville natale, avant de partir pour la capitale, où il fait ses classes auprès de Cormon.

Il rejoint Murol pour la première fois en 1912, y retourne en 1914 et en 1921.

Ce sont surtout les vallées et les montagnes de l’Oisans qui font l’objet de ses plus nombreuses représentations picturales, avec la neige comme motif central, que l’on retrouve sur ses œuvres auvergnates.

Maurice BUSSET (Clermont-Ferrand, 1879 – id., 1936)

Grâce à son Premier prix des Beaux-Arts de Clermont-Ferrand, il obtient une bourse pour étudier à Paris. Il travaille dans l’atelier de Gérome puis avec Cormon auprès duquel il rencontre Zingg.

Il intègre ensuite les Arts déco sous la direction de Renouard et apprend la gravure sur bois.

Il retourne dans son Auvergne natale pour enseigner le dessin et crée, avec le sculpteur Vaury, l’académie Arvernia. 

Durant les dix mois de son service militaire au 105e régiment de Riom, il réalise un carnet de croquis dans lequel il relate la vie du régiment et des soldats, des dessins exceptionnels conservés à la Bibliothèque du patrimoine de Clermont, et consultables en ligne via la plateforme Overnia. On y trouve aussi des œuvres étonnantes inspirées par la préhistoire et le volcanisme.